TOP 20 des astuces pour un bon emailing

Cet article voit le jour pour les besoins d’un partenaire qui souhaite améliorer sa manière de réaliser et vendre ses campagnes mailings.

Voila qui sera donc le premier article d’Apresta sur les outils du web et leur bon usage. Cet article voit le jour pour les besoins d’un partenaire qui souhaite améliorer sa manière de réaliser et vendre ses campagnes mailings. Nous vous proposons nos astuces.

0 – Introduction

L’emailing ne se démode pas ! Les campagnes publicitaires ont toujours autant de popularité dans les outils de communication qu’offre le web. C’est aussi l’une des prestations les moins chères du marché car elle ne demande pas beaucoup de temps pour une agence habitué. Le travail se fait souvent en trois temps à savoir : le design, le découpage et l’envoi.

Mais comment faire pour être lu par le plus de monde ? Un mail se jette encore plus facilement à la poubelle qu’un prospectus qui encombre nos boîtes à lettres. Parfois, c’est même fantomatiquement qu’il est décidé que le mail sera envoyé dans vos spams (courrier indésirables). Il est alors important de respecter certaines règles, qui vont vous restreindre mais aussi vous assurer plus de lectures et donc de retours !

1 – Choisissez un design léger, aéré et lisible

Vous lirez plus facilement un mail si celui-ci est bien construit. Ne confondez pas le design d’un site internet et celui d’un emailing qui doit être clair, simple, aéré et habillé avec la charte graphique de votre client. Pensez aussi que votre design devra ensuite être découpé. Pour faciliter la découpe, les différents éléments de votre interface doivent pouvoir rentrer dans les cases d’un tableau, sans aucune superposition (un peu comme les sites internet, 10 ans avant ^^).

2 – Quelle largeur pour mon emailing ?

Attention, nous ne sommes pas sur les mêmes données de mesures qu’un site internet. N’allez pas réaliser un emailing avec une largeur de 990px ! Il est généralement conseillé de se positionner entre 600px et 700px. Nous choisissons de prendre 600px de large pour la meilleure lecture possible.

3 – Quelle hauteur pour mon emailing ?

Contrairement à la largeur, vous n’êtes pas obligé de fixer une hauteur fixe. Néanmoins, sachez que dans les 500 premiers pixels, vous devez faire apparaitre les informations principales du mailing. C’est aussi ce qui pourrait donner envie au lecteur d’en savoir plus et d’aller lire la suite, voir même de cliquer sur un lien !

4 – Limitez vous en police d’écriture

Si vous prenez le temps de faire un découpage propre et d’insérer le texte en tant que texte (et non pas comme image), vous devez utiliser l’une des polices suivantes : Arial, Verdana, Georgia, Times ou Courrier. Car dites vous bien que vos lecteurs n’auront pas forcement la police farfelue que vous vouliez utiliser. Si c’est la cas, le lecteur mail choisira une police de remplacement qui risque de faire du dégâts dans la mise en page.

5 – Les boutons incitent au clic

Le but d’un emailing, c’est la conversions des lectures en visites (en général). Insérez un ou deux boutons dans le contenu de votre mail pour donner envie de voir ce qu’il se cache derrière. Pour cette occasion, préférez un bouton avec un contenu texte et une petite image d’illustration. Évitez le bouton du genre « Cliquez ici » ou « découvrir ».

6 – Attention au contenu qui fâche

La plupart des lecteurs mail analysent le contenu de vos mails pour déterminer s’ils sont des publicités ou non (SPAM or NOT SPAM). Pour éviter d’envoyer une campagne emailing qui finira directement à la poubelle, vous devez donc essayer de ne pas utiliser certains termes tels que « cliquez ici » qui indique clairement que le mail est d’un usage publicitaire. De même, n’indiquez pas d’url dans un contenu texte, uniquement dans le href d’une balise lien A.

7 – Bien utiliser les images

Si vous intégrez des images dans votre emailing, il faut tenir compte de trois règles. N’utilisez pas d’images en arrière-plan (par exemple, en fond de cellule d’un tableau). Renseignez toujours la hauteur et la largeur de vos images. Et enfin, n’oubliez pas de placer un texte alternatif dans la meta ALT de votre balise IMG, cela affichera un texte lorsque le lecteur mail choisi de bloquer l’affichage des images à l’ouverture (95% des cas !).

8 – Bannissez le flash

Hélas, la technologie Flash n’est que trop rarement supporté par les lecteurs de mails. En faire usage reviens donc à fournir de l’information qui ne pourra être vu par les lecteurs. Pas de Flash donc dans vos emailings.

9 – Comment utiliser un gif animé ?

Ou comment ne pas utiliser de gif animé ! Car sachez qu’Outlook ne sait plus lire (oui il savait le faire) les gifs animé ! Du coup, il se contente d’afficher uniquement la première image du gif animé. A vous devoir si c’est réellement intéressant d’en faire usage car cela prend vite du poids …

10 – Et les PNG transparents ?

Non, n’utilisez pas de PNG transparents. C’est encore trop tôt (revenez me voir dans 10 ans). Certains lecteurs mails les affichent, d’autres sans la transparence et d’autres encore ne les affichent pas ^^

11 – Le mapping d’images

Cette technique consiste à afficher une image et ajouter des zones cliquables dessus. A oublier car pas pris en compte (ou très mal supportée en général).

12 – Équilibre dans mon découpage entre texte et images

Lorsque vous serez à la phase 2 (le découpage), vous devez faire le choix de garder certains éléments texte et d’autres éléments photo. Équilibrez les deux pour ne pas tomber dans les SPAMS de votre lecteur cible. Si vous n’avez pas d’image, ce n’est pas grave mais cela rendra surement votre emailing moins attractif.

13 – Évitez les divs, préférez les tableaux

Le découpage doit se faire avec des tableaux (oui beurk mais pas le choix). Vous pouvez aussi utiliser les balises font ou div mais le div reste à éviter (surtout en display:block).

14 – Mailto, pour favoriser le contact

Si l’un de vos lecteurs désire vous répondre ou interagir avec le contenu du mailing, n’oubliez pas de lui laisser vos coordonnées de contact et pourquoi pas un mailto sur une adresse mail pour engager plus facilement un contact.

15 – CSS en ligne, sans javascript ni formulaire

La mise en page (gras, italique, souligné, police, taille, …) doit se faire en CSS et directement dans les balises concerné. Ont appelle cela un CSS en ligne. Ne mettez pas votre code CSS dans un fichier à part ou dans un bloc de code au début ou à la fin, ce serais une erreur et il ne serait pas pris en compte.

16 – Un découpage simple et léger

Le mot léger fait parti du vocabulaire d’un bon mailing. Il doit vite se charger, s’ouvrir et donc ne pas comporter d’images trop lourdes. Il faut donc rester simple et le reste devrait suivre !

17 – Version texte ou en ligne

Créer un emailing, c’est créer du contenu. Et de nos jours, le contenu unique sur internet coute cher ! Il est donc intéressant si vous possédez un site internet d’y inclure une partie affichant votre dernière newsletter (ou les dernières). De plus, si vos lecteurs n’arrivent pas à afficher correctement votre mail, ils pourront le lire en ligne.

18 – Les obligations légales

Vous devez proposer une solution d’abonnement ou désabonnement de votre mailing. C’est en général un lien qui renvoi sur une page web proposant ce service. De cette manière, un lecteur ne voulant plus vous lire pourra se désabonner. Attention à ne pas renvoyer un mail au personnes désabonnées, cela pourrait vous causer des ennuis.

19 – Passer par une solution d’envoi pro

Si vous devez envoyer un mailing à 10 personnes, vous pouvez éventuellement le envoyer avec votre messagerie (à éviter) en prenant soin de cacher l’adresse de cache destinataire aux autres. Mais normalement, vous devriez passer par une solution d’envoi en ligne, une solution PRO qui respecte déjà beaucoup de règle qui vont favoriser l’arrivé de vos mails. Ils pourront aussi vous fournir des rapports détaillés d’ouverture, lecture et clics.

20 – Apprendre de ses erreurs

Chaque nouvelle campagne emailing doit être meilleure que la précédente. Vous devez analyser les rapports d’envoi, ce qui à fonctionné ou pas, et comment améliorer tout cela pour obtenir le meilleur taux de conversion. Bon courage à vous !

Partage cet article !

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi

On en parle dans notre Lab !

Prestations complémentaires